La culture

En tant qu’adjointe chargée de la culture durant plusieurs années, j’ai œuvré en faveur d’une démocratisation de l’accès à la culture, notamment par le développement du « Printemps dans le 16ème « » dont le succès se confirme d’année en année et par une dynamisation de la vie culturelle de notre arrondissement.

Le 16ème a toujours aimé la culture. Arrondissement doté de trente-six musées exceptionnels, il a aussi deux bibliothèques et trois théâtres.

Dans un contexte où la mairie de Paris et l’Etat gèrent les équipements culturels de l’arrondissement, le développement d’évènements de proximité, dans le respect des riverains, tels que la fête de la musique organisée sur les petites places de l’arrondissement, sont des vecteurs essentiels de cohésion et de fraternité. Or, l’animation culturelle de notre arrondissement est en perte de vitesse depuis deux ans.

 

  1. 1) Impulser un nouvel élan culturel

J’œuvre depuis plusieurs années à la réaffectation de l’immeuble dit « hôtel Mezzara », sis 60-62, rue Jean de la Fontaine à Paris 16e en vue de la création d’un « musée Hector Guimard », espace culturel consacré à Hector Guimard et à l’Art nouveau national.

Cet immeuble est l’œuvre de l’architecte Hector Guimard (1867-1942), représentant majeur de l’Art nouveau en France, à l’instar d’Antoni Gaudi à Barcelone et de Victor Horta à Bruxelles. Or, ce bâtiment, habité jusqu’en 1914 par son commanditaire, Paul Mezzara, puis racheté par l’État, a été, par arrêté du 17 septembre 2015, déclaré d’inutilité au service public. Il a été déclassé du domaine public pour être confié à la direction de l’immobilier de l’État aux fins de vente.
Pourtant, ce bien dispose d’un fort potentiel d’exploitation culturelle. Il constitue une excellente occasion d’enrichir le patrimoine parisien d’un lieu comparable à la Casa Milà et au palais Güell barcelonais. Ce témoignage de l’œuvre de Guimard élargirait le rayonnement culturel de notre capitale sur la place européenne.

 

  1. 2) Développer le salon du livre du 16ème

Le succès grandissant du salon, créé à mon initiative, doit nous inciter à voir encore plus grand. Je veux créer un prix littéraire George Mandel, événement lié au salon du livre. Jusqu’à 130 auteurs étaient présents tous les mois de décembre pour un après-midi littéraire exceptionnel. Il faut développer cet événement incontournable et le faire durer sur un week-end entier, avec une journée dédiée au polar et à la bande dessinée.

 

  1. 3) Re-créer le Printemps dans le 16ème

Il faut développer ce formidable évènement apprécié par les habitants, en multipliant les concerts donnés dans les Églises, les visites thématiques dans les musées et surtout en redonnant vie au grand bal du Parc Sainte-Périne où 2000 personnes étaient réunies lors des dernières éditions. Je regrette que la municipalité en place ait mis un terme à cet évènement intergénérationnel, familial et de découverte de ce formidable parc arboré.

 

  1. 4) Installer autant de « boites à livres » que possible

Il s’agit de boîtes où chacun peut déposer et emprunter des livres gratuitement, privilégiant ainsi l’accès à la culture. C’est aussi un projet solidaire qui favorise le lien social, encourage une économie du partage et du don et développe une démarche éco-citoyenne. En déposant ou en empruntant un livre dans une boîte à lire, on lui donne une seconde vie, tout en respectant l’environnement. Il existe la possibilité de les installer mais aucun projet n’est en cours dans notre arrondissement.

 

  1. 5) Multiplier et diversifier les lieux d’exposition

Créer des résidences d’artiste dans les tiers lieux, les friches en réhabilitation, les logements sociaux. Il faut mettre en place une politique active avec les bailleurs sociaux pour ouvrir des ateliers d’artistes, des lieux de création ou d’expression en pieds d’immeuble.

 

  1. 6) Le Conservatoire ouvert à tous

Le système d’inscription devra être repensé pour assurer une parfaite égalité de traitement dans le cas où deux personnes déposeraient en même temps leur dossier, l’un physiquement et l’autre en ligne. De plus, le quota de 50% de nouveaux inscrits sur concours parait disproportionné. La programmation des cours devra également être revue. Ainsi, plus les élèves ont de l’expérience, plus le temps de cours doit être important.

 

  1. 7) Inciter davantage les partenaires culturels de la Ville à proposer des ateliers pour toutes les générations

Ces ateliers seront proposés dans les écoles maternelles et élémentaires, les collèges mardi et vendredi ou samedi matin (en adéquation avec les rythmes scolaires). De même, il s’agira d’inciter les jumelages entre les écoles, les centres qui accueillent les ainés et des structures culturelles de quartier.

 

  1. 8) Favoriser une plus grande ouverture des bibliothèques

Ouvrir les bibliothèques parisiennes le dimanche et étendre leurs créneaux horaires le soir en semaine doit être une priorité.  Actuellement seules 7 bibliothèques dans tout Paris sont ouvertes le dimanche. Ces lieux doivent s’adapter aux nouveaux modes de vie et de loisirs. Ils doivent aussi s’ouvrir plus largement aux étudiants qui les fréquentent assidument pour leurs recherches ou leurs révisions. Il faut trouver un lieu digne de l’accueil d’une deuxième bibliothèque dans le sud de l’arrondissement. La bibliothèque Musset est contrainte de s’organiser dans un local de quelques m2 seulement ! Ce n’est pas digne de notre arrondissement.

 

  1. 9) Mettre en place un « Plan Patrimoine »

Ce « Plan Patrimoine » comprendra un Plan d’urgence pour les églises et les autres lieux cultuels patrimoniaux parisiens. En application de la loi de 1905 de séparation des Églises et de l’Etat, l’entretien de ces bâtiments incombe à la Ville. Un énorme retard a été́ pris. Un Plan d’urgence doit être engagé́ au service de la restauration et de l’entretien de ces monuments qui non seulement participent de l’attrait touristique de Paris, mais sont aussi des lieux fréquentés par les fidèles. Le Plan d’Investissement Municipal (PIM) prévoyait 80 millions d’euros pour la rénovation des Églises. C’est évidemment trop peu. A l’image de ce qui a été réalisé pour la Paroisse Notre-Dame d’Auteuil et la restauration de l’orgue du 19ème siècle d’Aristide Cavaillé-Coll grâce à un partenariat entre la municipalité et les paroissiens, il faut pouvoir très rapidement lancer les travaux de rénovation de la façade de l’Église Saint-Pierre de Chaillot. La mairie de Paris ne doit pas pour autant, s’exonérer de ses obligations financières.

 

  1. 10) Mettre à disposition une application « Paris Visite »

Cette application doit permettre d’avoir accès aux données historiques et culturo-touristiques de notre arrondissement, qu’il s’agisse de monuments historiques ou de bâtiments d’habitation à l’architecture remarquable.

 

  1. 11) Initier une fête de la vigne

En partenariat avec le musée du Vin et le musée Balzac, il s’agira de créer « Les Vendanges du 16ème ».

 

  1. 12) Donner la parole aux habitants du 16ème arrondissement 

Il faudra donner la parole aux habitants du 16ème dans le choix d’implantation des œuvres installées dans leur quartier. S’agissant de commandes publiques d’œuvres d’art, les habitants seront consultés pour donner leur avis non seulement sur les lieux d’implantation, mais aussi pour «orienter» le geste artistique (thème retenu, nature de l’œuvre envisagée, matériaux imaginés…).