Voirie et déplacements

La problématique de la voirie et des déplacements est considérable pour une métropole comme Paris. Comme l’ont démontré les récentes grèves à répétition de la RATP, l’absence ou le mal fonctionnement des modes de mobilités peut complètement paralyser l’activité de notre capitale. Prérogative à la fois régionale, métropolitaine et municipale, la politique de la mobilité doit, à la fois, faire l’objet d’un projet global et prendre en compte les spécificités locales. Dans le 16ème arrondissement, 55% des ménages disposent d’une voiture contre seulement 25% dans le centre de Paris. Au lieu d’être stigmatisé comme il l’est depuis 6 ans par « la chasse à la voiture sorcière » d’Anne Hidalgo, le 16ème doit faire l’objet d’une concertation spécifique tenant compte de sa taille, de son emplacement géographique et de ses particularités démographiques.

 

  1. 1) Renforcer la place de la mairie d’arrondissement dans la prise de décision

Afin de sortir de la logique globalisante qui stigmatise et pénalise le 16ème arrondissement, je prônerai une démarche de contractualisation entre la mairie centrale et la mairie d’arrondissement permettant la prise en compte des spécificités du 16ème.

 

  1. 2) Proposer un cadre réglementaire plus strict pour les nouveaux modes de déplacement

Chacun peut attester que l’arrivée massive des trottinettes électrique a rendu la circulation encore plus compliquée et plus dangereuse qu’elle ne l’était déjà. Il a fallu attendre juillet 2019 pour la Mairie centrale daignent mettre en place règles encadrant leur usage et le résultat reste grandement insuffisant. En conséquence, je développerai, à l’échelon du 16ème, un règlement plus strict et assurerai une verbalisation plus régulière des infractions portant atteinte à la sécurité des piétons, des automobilistes, des cyclistes et des utilisateurs de trottinettes eux-mêmes.

 

  1. 3) Développer une application de localisation des chantiers dans le 16ème arrondissement

Avec plus de 6000 chantiers dans Paris empiétant sur la voie publique et provoquant embouteillages, stress, pollution et pertes considérables de temps, cette application permettra de localiser les zones en chantier et de réadapter ses itinéraires afin de réduire les temps de trajet et de fait, la pollution atmosphérique.

 

  1. 4) Développer une application de localisation des places de stationnement dans le 16ème arrondissement

La problématique est la même pour l’évitement des chantiers. Le stationnement est une grande source d’angoisse et de stress pour les habitants du 16ème. En conséquence, il sera utile d’avoir un accès en temps réel aux places de parking disponibles.

 

  1. 5) Mettre en place de navettes électriques intra quartiers

A destination des familles, des personnes à mobilité réduite et des personnes âgées, ces navettes permettront de se déplacer plus facilement sur les courts trajets à l’intérieur des 4 quartiers du 16ème arrondissement. Une étude sera commandée afin de convenir des tracés les plus pertinents.

 

  1. 6) Mettre en œuvre du plan vélos

Le 16ème arrondissement a pris un grand retard sur ses voisins au cours des dernières années en termes de pratique du vélo. Rattraper ce retard suppose la mise en place d’une véritable offre de service qualitative assurant la disponibilité et l’intégrité des vélos. Je ferai également installer des stations permettant les petites réparations et le regonflage des pneus.

 

  1. 7) Développer l’installation de bornes de recharge pour les véhicules électriques et hybrides

Alors que le diesel-bashing bat son plein, les démarches administratives relative à l’installation de bornes de recharge pour les véhicules électriques demeurent beaucoup trop nombreuses et compliquées pour être véritablement incitatives. La Mairie du 16ème arrondissement mettra en place un service d’information et d’assistance pour accompagner les habitants qui souhaiteraient passer à l’électrique.

 

  1. 8) Améliorer l’état de la voirie

Un budget d’entretien délégué par la mairie de Paris doit nous permettre, au plus près du terrain de rétablir le bon état des rues, des pistes cyclables, de l’éclairage public et des trottoirs parisiens afin de rattraper le sous-investissement de ces dernières années.